Les ventes de voitures diminuent alors que l’épidémie de coronavirus pousse l’économie mondiale dans une récession, et les gammes électriques et renouvelables de l’industrie sont soudainement menacées comme jamais auparavant. Pour faire face à la crise, certains des plus grands consommateurs mondiaux de voitures électriques sont sur le point d’assouplir les normes d’émission pour alléger la charge pesant sur les constructeurs automobiles. Cela pourrait aider les entreprises automobiles, mais ce serait une tournure malheureuse des événements pour les entreprises de climat et de voitures électriques comme Tesla.

La Chine envisage d’alléger les quotas pour le nombre de véhicules électriques que les constructeurs automobiles doivent produire chaque année alors que l’industrie fait face à une baisse des ventes en raison de l’épidémie de coronavirus. Le pays envisage de retarder de six mois les restrictions d’émissions prévues afin que les constructeurs automobiles puissent résister à une baisse attendue de 10 % des ventes au premier semestre 2020.

Un changement majeur

La Chine ne s’est pas encore engagée à assouplir ces normes, mais on pense que les constructeurs automobiles gagneraient à pouvoir vendre des véhicules plus rentables qui dépendent de l’essence. Xin Guobin, vice-ministre de l’Industrie, aurait déclaré lundi que la Chine pourrait devoir ajuster le marché des voitures électriques et les politiques connexes afin de développer efficacement le secteur.

Ci-dessous une vidéo en anglais relatant ces faits :

Étant donné que la Chine possède le plus grand marché automobile du monde, un tel changement pourrait avoir un impact majeur sur le climat. La Chine a tenté de réduire de manière agressive les émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le changement climatique, notamment en investissant plus de 750 milliards de dollars dans les énergies renouvelables, de sorte que retarder l’augmentation des normes d’émission entraverait ces efforts.

Les normes d’émissions

La Chine n’est pas le seul pays à faire reculer les normes d’émissions. L’administration Trump a annoncé mardi qu’elle prévoyait de faire reculer les normes de carburant de l’ère Obama, mais cela faisait partie du plan de l’administration bien avant que l’épidémie de coronavirus ne commence à menacer l’industrie automobile.

L’administration Trump a mis un point d’honneur à élaborer des politiques qui profitent aux entreprises de combustibles fossiles mais menacent d’intensifier le changement climatique.

Source :

Inverse

Recevez les actualités auto du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici