Accueil Actualité Toyota vend une voiture avec une batterie à hydrogène pour 50 000...

Toyota vend une voiture avec une batterie à hydrogène pour 50 000 dollars

453
Source : Pixabay. Toyota met en vente des voitures à hydrogène.

Au Japon, Toyota adopte une approche non conventionnelle pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des véhicules. Plutôt que de se concentrer sur les voitures électriques rechargeables, le constructeur automobile fabrique un véhicule fonctionnant grâce à une batterie à hydrogène que la société appelle Mirai.

Ce projet a été réalisé grâce à des subventions gouvernementales d’une valeur de 20 000 dollars. D’ailleurs, elle ne coûte que 50 000 dollars. C’est un peu plus cher qu’une voiture électrique classique, mais bien moins que le coût des batteries à hydrogène.

Infrastructure en évolution

À l’heure actuelle, Toyota ne construit que 10 des véhicules à zéro émission par jour. Mais elles pourraient bien convenir au Japon, où des villes densément peuplées laissent les habitants sans espace pour brancher des véhicules électriques.

Voici la présentation en anglais de cette voiture :

Il n’y a tout simplement pas de changement de comportement tant que vous avez l’infrastructure en place, a indiqué Matthew Klippenstein, auteur de « Fuel Celle Industry Review ». Ils vont à la même station-service et font le plein dans les mêmes endroits, a-t-il expliqué.

Une évolution assez surprenante

Pour que les voitures à hydrogène et électriques réduisent réellement les émissions de carbone, l’électricité utilisée pour développer, fabriquer et charger les batteries à combustible doit également provenir d’une source d’énergie propre. Mais si la technologie se développait à un point tel que les batteries à hydrogène puissent être fabriquées en masse à bon marché, le Japon pourrait rester en avance sur les réglementations en matière d’émissions de plus en plus strictes.

Les constructeurs se rendent bien comptent que les réglementations sur les gaz d’échappement vont se durcir. Ce qui est promulgué en ce moment, en 2020 en Europe, n’est rien comparé à ce qui va arriver cinq ans ou dix ans plus tard.