Accueil Actualité Un Belge flashé à 696 km/h !

Un Belge flashé à 696 km/h !

97
PARTAGER
Sur le bord de la D907 en Haute-Savoie, un radar tagué… avec le sourire. Crédits photo : Marc Mongenet, 14 avril 2017, Wikimedia Commons

Il ne roulait ni en Tesla, ni en Ferrari… C’est bien avec sa bonne vieille Opel Astra qu’un Belge a été flashé à la vitesse de 696 km/h. Pour information, il s’agit grosso-modo de la vitesse atteinte par une fusée au décollage. Une prouesse pour une voiture de tourisme en zone limitée à 50 km/h… Bien sûr, ce flash incohérent est dû à un dysfonctionnement du radar automatique, rappelant le « radar fou » de Pompignan flashant tous les automobilistes fin avril.

Un record dont il se serait bien passé

Il est toujours énervant de se faire flasher quand on s’efforce de respecter les limitations de vitesse. En bien des cas, on ne peut s’empêcher de douter de la clarté d’une signalisation ou de la fiabilité d’un radar automatique. Alors imaginez-vous recevoir un procès-verbal mentionnant un excès de vitesse à 696 km/h sur une portion limitée à 50 km/h… ! Une vidéo revient sur ces faits peu communs :

Le fait, authentique, a été rapporté par le journal La Province. Il a eu lieu à Hensies et une copie (avec noms et plaque d’immatriculation brouillés bien sûr) du PV reçu par le conducteur belge a été publiée. C’est ainsi que l’on peut lire à quelques lignes d’intervalle « OPEL ASTRA » et « 696 km/h ». L’automobiliste hensitois aura peut-être pu rire sur le coup ou croire à une blague, mais on lui demandait une amende plus que salée…

Un fait divers qui pose des questions

Peu après les flashes en pagaille du radar automatique français de Pompignan, ce nouveau dysfonctionnement en Belgique suscite bien des interrogations. Ici, la vitesse enregistrée est tellement aberrante que le procès-verbal a pu facilement être contesté, fort du témoignage de la mère du conducteur, présente le jour du flash. Mais on peut volontiers imaginer des erreurs de ce type portant sur des vitesses moins aberrantes, devenant dès lors « probables » et donc impossibles à contester. L’utilisation de l’intelligence artificielle pourrait mettre fin aux procès-verbaux aberrants, mais pas à ceux restant raisonnables en raison de dysfonctionnements moins spectaculaires. Les automobilistes ont donc encore bien du souci à se faire, comme avec ces nouveaux radars bordelais :

Surtout, il est incroyable que ce procès-verbal ait pu être envoyé à l’automobiliste belge en question. La vitesse mesurée à 696 km/h a de plus été très sérieusement et officiellement ramenée à 654 km/h… Des officiers français ayant déjà témoigné de la possible absence de ratification humaine réelle des PV créés par des machines en continu, cette question est désormais également soulevée chez nos voisins belges. De son côté, interrogée par la presse, la police belge a évoqué une « erreur d’encodage ». L’informatique a donc ses limites…

Source :

La Province