Accueil Actualité Voici comment l’industrie automobile prépare la « mort » du diesel

Voici comment l’industrie automobile prépare la « mort » du diesel

324
PARTAGER
Le nombre de véhicules diesel a connu une baisse de 5 points en 2017. Crédit photo : pxhere

L’année 2017 s’est terminée sur une bonne nouvelle pour le marché des constructeurs automobiles qui ont vu leur vente grimper de 4,7 %. Par contre, le nombre de véhicules diesel a connu un déclin, soit une baisse de 5 points sur la même période.

S’achemine-t-on vers un déclin du diesel ?

Il est difficile à l’heure actuelle de prévoir comment le marché du diesel va se comporter. Yann Vincent, directeur industriel chez PSA, affirme que le développement de ce type de moteur continue, car ce dernier reste efficace dans la manière de consommer et d’émettre du CO2.

PSA délaisse peu à peu le diesel pour se reconvertir à l’essence. Crédit photo : pxhere

Cependant, le diesel a eu son lot de publicité négative avec les rapports de l’OMS sur les conséquences de ce dernier sur notre santé. En effet, les particules fines émises par le diesel sont très nocives, ce qui favorise l’apparition des cancers. De même, l’affaire Volkswagen et les risques de fraudes aux émissions de NOx ont suffi à générer ce début de déclin.

Des alternatives possibles pour le diesel

Pour François Roudier, le directeur du CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles), le déclin du diesel était certes attendu, mais il s’est produit avec une avance de deux ans. Pour répondre à ce changement dans la manière de consommer, la firme PSA défendant les technologies à base de diesel a dû se reconvertir à l’essence.

Ainsi, selon Yann Vincent : « Pour pallier la chute des ventes de nos modèles diesel HDI [–10 % en 2017], nous avons renforcé nos capacités de production du nouveau 3 cylindres essence Pure Tech turbo ». Ce transfert de technologie met le feu aux poudres et pousse les constructeurs à devoir faire preuve d’ingéniosité pour produire plus des véhicules à moteur hybride ou essence. Si les constructeurs parviennent à suivre cette nouvelle tendance, il n’en est pas de même pour les équipementiers dont la spécialité est le diesel.