Accueil Actualité Le patron des voitures autonomes Faraday surendetté et convoqué en Chine

Le patron des voitures autonomes Faraday surendetté et convoqué en Chine

165
PARTAGER

Après avoir reçu une convocation en Chine pour répondre de ses dettes, le patron de LeEco et des voitures autonomes Faraday, M. Jia Yueting a préféré rester aux États-Unis et envoyer son frère et sa femme pour régler la situation à sa place.

M. Jia sur la liste noire des autorités chinoises

Englouti par les dettes, le patron des voitures autonomes Faraday a refusé de répondre aux injonctions de la Chine qui lui demandait de rentrer au pays avant le 31 décembre 2017 pour faire face à ses dettes accumulées dans le pays. Jia Yueting, 44 ans, s’est exprimé sur un réseau social en postant une lettre qui lui a été envoyée par la section pékinoise de la Commission de régulation des marchés.

Faraday Future l’une des voitures électriques les plus rapides au monde. Crédit photo : Le Journal du Geek

Il assure cependant qu’il reste aux États-Unis pour participer au développement des voitures électriques de la firme Faraday Future dont il est le patron. La Justice chinoise avait en effet inscrit son nom sur la liste noire des personnes en défaut de paiement. Il serait débiteur de près d’une centaine de millions de dollars selon les autorités chinoises.

Un retour en Chine sous haute tension

Sur Weibo, un réseau social en Chine, M. Jia et sa femme, Mme Gan Wei ont affirmé vouloir tout mettre en œuvre pour s’acquitter de cette dette. Si à la base, LeEco à travers sa filiale Leshi avait pour fonction d’offrir des vidéos en ligne, sa diversification ratée lui aurait couté cher. C’est principalement un investissement dans l’automobile qui aurait créé ce gouffre.

La justice a déjà saisi plus d’un milliard d’actions de Leshi Internet, ce qui représente la part de M. Jia. Deux logements et un montant de 166 000 euros sur l’un de ses comptes ont également été saisis. Un retour en Chine serait préjudiciable pour M Jia qui pourrait se voir, interdit de sortir du pays. L’accès aux transports ainsi qu’aux hôtels de luxe lui sera aussi restreint.

Source :

Le Point