Le Ministre français de l’environnement vise mettre fin à la vente de voitures Essence et Diesel d’ici 2040. Cette décision coïncide avec les ambitions du président de la République de rendre la France neutre en carbone à l’horizon 2050.

Des initiatives contre les voitures essence et diesel en Europe

Devant les enjeux que constituent les objectifs de développement durables, cette décision vient à point nommée. Ainsi donc, d’ici 2040 il sera mis fin à la vente de voiture Essence et Diesel en France. En tout cas, c’est ce qu’a déclaré le ministre de l’environnement Nicolas Hulot. Cette nouvelle vient juste après l’annonce du constructeur suédois Volvo de mettre fin aux moteurs à combustion interne au profit d’une technologie hybride et électrique.

Quant à la France, les principaux constructeurs concernés sont Renault, Peugeot et Citroën. C’est donc ainsi que l’Etat compte faire la transition vers l’électrification. Le ministre Hulot convient que cette disposition constituera une lourde tâche pour ces constructeurs mais que cela contribuera à la sauvegarde de l’environnement et à l’amélioration de la santé humaine. En ce qui concerne le reste de l’Europe, l’Allemagne, le Norvège et les Pays-Bas qui mettront fin aux véhicules roulant avec une motorisation thermique dès 2030.

Une disposition nécessitant des infrastructures adéquates

Lors de son annonce, le ministre Hulot a omis d’expliquer comment il allait mettre en œuvre une telle disposition. Bien que nous disposions encore de quelques années, il est nécessaire de préparer l’infrastructure adéquate et l’esprit des consommateurs qui ne se décident pas encore à passer le cap. En tout cas, les constructeurs assurent qu’ils sont prêts. D’ailleurs les marques consacrent déjà une bonne partie de leur budget pour développer des moteurs électriques, hybrides ou hydrogènes. Cependant le prix reste un très grand défi, les constructeurs pensent pouvoir les vendre à 20 000 euros pour attirés les acheteurs.

Les progrès de la technologie devraient toutefois rendre la voiture électrique moins couteuse qu’une voiture à essence. Pour mettre en place une telle réforme, il va de soi qu’il est nécessaire de mettre en place une mesure d’accompagnement, notamment l’installation de bornes électriques. Les autorités entendent mettre en place 7 millions de points de charge en 2030 sur la voie public, sauf que cela coute cher. Surtout que sur les 75 000 bornes annoncées en 2012, seulement 15 000 ont pu être installées.

Recevez les actualités auto du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !