Fort d’une hausse de 16,8% de ses immatriculations par rapport à novembre 2015, Renault a ravi le mois dernier à PSA la place de deuxième constructeur automobile européen en terme d’immatriculations de voitures particulières neuves depuis janvier, derrière Volkswagen.

Selon les statistiques publiées jeudi par l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), Renault a écoulé 1,348 million d’unités en 11 mois sur le Vieux continent, tandis que PSA, dans le rouge en novembre (-4,3%) en a livré 1,342 million.

Ce croisement symbolique des courbes était prévisible depuis plusieurs mois, au vu du contraste des rythmes de croissance des immatriculations des deux rivaux français. Sur 11 mois, les livraisons de PSA n’ont progressé que de 1,2% en Europe, un rythme dix fois moins élevé que Renault (+12%).

Le groupe au losange, avec ses marques Renault et Dacia, détient 10% du marché européen depuis le début de l’année, contre 9,9% pour PSA (Peugeot, Citroën et DS).

Tous deux restent loin derrière leur rival allemand Volkswagen, qui règne sur 23,9% du marché avec 3,23 millions d’immatriculations neuves en 11 mois, un chiffre en progression de 3,1% sur la période et de 6,5% en novembre, selon l’ACEA.

Les deux enseignes du groupe dirigé par Carlos Ghosn contribuent à la progression de ses immatriculations: Renault progresse de 12,8% en Europe depuis début 2016, tandis que Dacia, spécialiste du « low-cost », voit ses livraisons croître de 9,8%.

Situation contrastée en revanche chez PSA: Peugeot évolue dans le vert sur 11 mois (+3%) mais Citroën fait du surplace (-0,2%) et DS subit un revers (-9,9%). En novembre, la marque aux aspirations luxueuses est même en perdition (-35,4%).

Si Renault semble bénéficier de l’effet de modèles récents dans des segments à fort volume, comme le 4×4 urbain Kadjar et la berline Mégane 4, il est encore trop tôt pour voir dans les chiffres de PSA l’arrivée de modèles à important potentiel commercial, tels les nouveaux Peugeot 3008 et Citroën C3 tout juste mis en vente. La gamme DS accuse de son côté le poids des années.

Au niveau mondial, Renault a annoncé avoir vendu 1,57 million de véhicules au premier semestre (+13,4%), contre 1,54 million chez PSA (-0,2%). Tous deux ont revendiqué des rentabilités « record » et dégagé plus d’un milliard d’euros de bénéfice net sur la période.

Début octobre, le président du directoire du groupe PSA, Carlos Tavares, qui a fait du retour à une rentabilité durable l’une de ses priorités, en refusant notamment de brader ses produits, avait dit envisager « sereinement » cette descente au classement.

« S’embarquer dans une course aux volumes serait à mon avis très destructeur », avait assuré le chef d’entreprise.

PARTAGER
Article précédentLa Chine va infliger une amende à un constructeur américain
Prochain articleLe marché automobile européen rebondit
Marc
Fondateur de PassionAndCar.fr, je suis désormais le rédacteur en chef et je partage l'actualité automobile à ne pas louper, ainsi que des innovations, dernières voitures à découvrir, motos, et conseils utiles au quotidien pour vivre bien avec son auto.