Google n’a pas abandonné ses ambitions dans le secteur de la voiture autonome. Donner une identité propre à l’entité chargée de la développer serait même « un signe que la technologie est arrivée à maturité », selon John Krafick, nouveau patron de Waymo qui était auparavant responsable du projet de la technologie autonome développé depuis environ sept ans par Google.

Faire les courses et aller au travail

« On peut imaginer que notre technologie peut être utilisée dans des voitures de particuliers, l’autopartage » et dans les transports publics, a énuméré M. Krafick. À terme, les usages de la technologie autonome pourraient être étendus à différents domaines, « créant plusieurs nouveaux types de produits, d’emplois et de services », affirme encore le dirigeant. Waymo, dont les voitures sont en test actuellement pour accumuler le plus de kilomètres possible et reconnaître les différents obstacles, veut désormais passer à l’étape suivante : l’usage des voitures autonomes pour accompagner les gens dans leur quotidien, effectuer des achats ou se rendre au travail.

Production en série en 2020

Le groupe n’a en revanche pas commenté des informations de presse selon lesquelles il aurait renoncé à faire cavalier seul et voudrait se focaliser sur des partenariats avec des constructeurs automobiles traditionnels. Les véhicules autonomes, considérés avec l’électrique comme l’avenir de l’automobile, suscitent actuellement énormément d’intérêt tant des grands constructeurs mondiaux que de nombreux grands acteurs du secteur technologiques, avec de premières productions en série promises autour de 2020.